Une rentrée maîtrisée

A Oberhoffen-sur-Moder, 317 élèves ont répondu présents à l'appel de la rentrée.
 

Des enfants et des parents qui ont été accueillis (comme il est de tradition) sur le perron des écoles par les adjoints Brigitte Roser et Pietro Santoro à l'élémentaire et Pierre Chatelain et Nicole Ferry à la maternelle. En préambule de la rentrée, le maire Gunter Schumacher accompagné de ses adjoints et de l'ensemble des enseignantes en place et nouvellement arrivées, avaient procédé fin de semaine dernière à la tournée d'inspection des bâtiments. Une visite qui a permis de découvrir les nouveautés apportées cette année.

A l'école maternelle, 125 élèves, les classes surchargées de l'année passée et la fréquentation en hausse une nouvelle fois pour 2018/2019 par l'arrivée d'une dizaine d'enfants, ont eu raison de l'ouverture d'une 5ème classe. Enfin, la cour a bénéficié d'un nouvel aménagement paysager. A l'école élémentaire, 192 élèves, des travaux de remise en peinture du mobilier urbain dans la cour et la mise en place d'une climatisation dans les salles de classes situées sous les combles pour un investissement de 23880 euros a été l’essentiel des travaux réalisés. Une commune qui s'est engagée à nouveau à soutenir pour cette rentrée le pouvoir d'achat des parents, par le financement des fournitures scolaires pour l'ensemble des écoles avec une enveloppe de 7000 euros.

Pour l'adjointe Nicole Ferry en charge de l'éducation, cette rentrée au regard des parents et des enfants qui affichaient des mines radieuses, s'est bien déroulée. Reste maintenant à régler quelques petits dysfonctionnements d'organisation, à l'exemple du goûter du jeudi à la maternelle offert par la commune et suspendu actuellement par les enseignantes pour des raisons de logistique.

Enfin de nombreux autres dossiers sont actuellement à l'étude et devraient voir le jour prochainement, notamment en matière de sécurité. A Oberhoffen-sur-Moder, il semblerait que l’exécutif est bien décidé une nouvelle fois à être aux petits soins de ses écoliers.

Article : Régis FALCO