L’enfant face aux écrans

Faut-il interdire les écrans aux enfants, dans une société où tout est connecté, ou faut-il faciliter l’accés aux écrans dès le plus jeune âge ?

La conférence-débat organisée par la confédération syndicale des familles (CSF) le 6 octobre dernier à "La Couronne" d'Oberhoffen-sur-Moder a tenté d'apporter des réponses à toutes ces questions. Pour Serge Hygen, animateur de la soirée et chef de projet à l’association "Eco Conseil", pionnière en Europe sur les défis « 10 jours sans écran », les gens passent en moyenne dans leur vie 27 ans à dormir, 3 ans à l’école, 8 ans à travailler…et 12 à 15 ans devant la télévision.

Les diverses études montrent que les enfants soumis tôt aux écrans ont notamment plus de difficultés de concentration, plus de problèmes de santé dont l’obésité, ils n’arrivent pas à développer leur créativité et nombre d’entre eux développent la peur : le « syndrome du grand méchant monde ». Cette liste n’est pas exhaustive. Pour exemple : tandis que lire une histoire va nous faire imaginer les personnages, le décor, les voix…la télévision donne déjà toutes ces informations, il n’y a donc plus lieu de les inventer. Pour les plus grands, les ados, une culture « zapping » se développe : on a du mal à se concentrer sur un sujet, on va virevolter de l’un à l’autre. Concernant les autres écrans, des avis peuvent diverger. Ces avis semblent unanimes pour dire aucun écran en-dessous de 3 ans. Au-delà, certains, préconisent une limitation stricte : pas avant 5/6 ans, pas plus de 3-4h par semaine pour un ado,… Pour d’autres, il faut accompagner les étapes 3 – 6 – 9 – 12 ans.

Ce qu’il faut en retenir ? Le temps passé devant un écran ne vaut clairement pas l’échange réel que nous avons avec nos enfants. Quelques conseils simples peuvent être suivis : manger en famille sans la télé allumée, pas de télévision dans la chambre, pas de télé le matin avant d’aller à l’école ou le soir avant d’aller se coucher,… Lors des défis « 10 jours sans écrans », c’est l’occasion pour les familles d’appliquer elles-mêmes ces principes. Un élément primordial dans ces défis : les effets restent bénéfiques dans les familles plusieurs années après.

Prochaine conférence, le jeudi 9 février 2017 sur la question du harcèlement. Renseignements : 03 88 23 43 63.

Photo : Une trentaine de parents avaient répondu présent à l'invitation du CSF d'Oberhoffen-sur-Moder.