Un projet musical original

Ancien ténor des choeurs de l’Opéra national du Rhin, José Geraldo de Lima travaille sur Les Amours du poète, de Schumann, qu’il interprétera le 17 décembre en l’église Saint-Matthieu de Strasbourg.

C’est au conservatoire de São Paulo, au Brésil, que José Geraldo de Lima a commencé son cursus musical sous la baguette du maestro Flavio Araujo Garcia. Il est ensuite venu poursuivre sa formation en Europe. Diplômé de l’École normale de musique de Paris en chant lyrique, il s’est perfectionné à l’académie, Mozarteum de Salzbourg. Pendant vingt et un ans, José Geraldo de Lima a été ténor dans les choeurs de l’Opéra national du Rhin, à Strasbourg. Mais il s’est aussi illustré dans le bel canto, la musique sacrée et le negro-spiritual. Il s’est établi dans la commune d’Oberhoffensur-Moder.

Professeur de chant, il est régulièrement sollicité pour organiser des master classes. Il a animé et anime encore de nombreux séminaires de chant choral à Paris ainsi qu’en Guadeloupe, en Martinique, en Guyane et au Brésil. Certains de ses élèves, se sont d’ailleurs fait un nom dans le monde du chant lyrique. En Martinique et en Guadeloupe, où il séjourne régulièrement, son enseignement est plébiscité. « La qualité des ensembles vocaux dans les îles est exceptionnelle, assure-t-il. C’est un plaisir pour moi de donner des cours là-bas. D’autant que j’y suis toujours reçu avec enthousiasme. » Passionné par les « lieder », José Geraldo de Lima a souvent donné des concerts dans des pays de langue allemande. Il travaille actuellement sur l’oeuvre Dichterliebe - Les Amours du poète Op.48, de Robert Schumann.

Samedi 17 décembre en l’église Saint-Matthieu de Strasbourg, il interprétera l’intégrale de ce célèbre cycle. Les Dichterliebe sont basés sur seize des soixante-cinq poèmes du Lyrisches Intermezzo du poète allemand Heinrich Heine.

Robert Schumann a dédié cette oeuvre à sa femme Clara Wieck qu’il a pu épouser en 1840 au terme d’une longue bataille judiciaire. Le père de la jeune femme, Friedrich Wieck, qui était aussi le professeur de Schumann, les avait séparés pendant cinq ans en entamant un procès pour s’opposer à leur union !

On comprend mieux pourquoi les Dichterliebe expriment tous les malheurs que le poète a dû affronter avant de vivre un amour passionnel avec Clara qui fut aussi sa muse.

Inspiré par cette idylle, José Geraldo de Lima a composé lui-même quatre « lieder » supplémentaires dans le même esprit. Il sera accompagné au piano par Francis Wirth, professeur à l’école de musique de Haguenau, pianiste concertiste et conférencier qui se produit dans toute l’Europe.

La danseuse Sylvie Moyard, accompagnée de quelques-unes de ses élèves de l’école de Bischwiller, illustrera certains « lieder», faisant de ce projet pluridisciplinaire une initiative originale, voire unique.

- Article DNA du 18 septembre 2016 -