Ouverte sur la cité

Une cinquantaine d’acteurs du territoire était conviée jeudi 19 mai à une réunion de présentation de la résidence séniors.

Denise (*), 90 ans, a le sourire. Il y a deux mois, elle a quitté son appartement de Strasbourg pour emménager à Oberhoffen-sur-Moder, dans un autre appartement, plus petit, de type 2. « J’en avais marre de rester seule. Je voulais me rapprocher de mes enfants, qui vivent dans le secteur. Ici, il y a une belle ambiance, des animations trois fois par semaine. Les appartements sont lumineux, l’extérieur est propre », raconte la pimpante nonagénaire entourée de ses voisins de palier dans la salle intergénérationnelle où a été présentée la résidence jeudi dernier à une cinquantaine d’acteurs du territoire.

Comme Denise, ils sont dix-neuf, de la commune mais aussi d’Ostwald et même de Toulouse, à avoir rejoint cette résidence d’un nouveau genre située rue Goethe, à une encablure du centre d’Oberhoffen-sur-Moder, et à deux pas de l’école maternelle.

Construite par le bailleur social Opus 67 dans le cadre d’un appel à projet lancé par le conseil départemental, la résidence, qui compte 24 logements locatifs aidés, du studio au trois pièces, est la première du genre à avoir vu le jour dans le territoire nord (**).

Leur particularité ? Ils ressemblent à des logements classiques sauf qu’ils sont adaptés (de plain-pied ou à l’étage avec ascenseur, douches à l’italienne, volets électriques, vidéophonie) et s’intègrent dans une offre de services conçue pour briser la solitude dont souffrent certaines personnes âgées. Opus a en effet fait appel à l’Arsea (Association régionale spécialisée d’action sociale) pour gérer le site et l’animer. Un animateur a été embauché à mi-temps pour aider les résidents dans leurs démarches administratives et mettre en place des activités (temps conviviaux autour d’un café, parties de Wii, jeux de société, gymnastique douce...) au sein du nouveau foyer, lieu de rencontre des résidents.

Un animateur sur place

Cette salle flambant neuve a été construite par la commune d’Oberhoffen (avec une aide de 80 000 euros du Département), en même temps que le périscolaire attenant. Les enfants pourront y prendre leur repas de midi dès la rentrée de septembre, tout comme les résidents qui le souhaitent.

Aussi, précise Françoise Tourscher, de l’Arsea et directrice de la résidence, « l’idée, ce n’est pas que la résidence reste fermée sur elle-même mais qu’elle s’ouvre sur l’extérieur, que les locataires participent à la vie de la commune, bénéficient du tissu associatif et des activités proposées ». « C’est le parfait intermédiaire entre le domicile et la maison de retraite », souligne Nicole Thomas, conseillère départementale du canton de Bischwiller.

Ces logements à loyer modéré (entre 450 et 750 euros) sont accessibles sur dossier, après étude d’une commission qui tient compte du degré d’autonomie des personnes et de leur plafond de ressource (de 20 111 euros pour une personne seule). D’autres résidences de ce type vont encore voir le jour dans le secteur, à Weyersheim et à Woerth notamment – onze sont en projet dans l’Eurométropole.

De nombreux élus et maires du secteur étaient présents à la réunion de présentation organisée par le Département jeudi dernier. Il se pourrait donc qu’il fasse encore des petits dans les années à venir.

slide rsidence seniors

Neuf appartements sont encore inoccupés, dont sept en rez-de-jardin.

(*) Le prénom a été modifié

(**) Le coût de la résidence s’élève à
2,5 millions d’euros TTC financé par
Opus, avec une subvention d’environ
200 000 euros du Département.

Contact : Arsea au ✆03 88 73 31 40.

- Article DNA du 24 mai 2016 -