Concert de musique sacrée

Souhaitant apporter sa contribution au relevage de l’orgue de l’église St-Michel, Caroline Fischer a organisé un concert de musique sacrée samedi 7 mai.

Lors de la construction de l’église St-Michel d’Oberhoffen-sur-Moder, le facteur Ernest Mulheisen a construit en 1956 un magnifique orgue de style néoclassique et néobaroque. Malheureusement les vrillettes comme des moisissures mettent en péril sa pérennité comme l’a souligné le pasteur Manfred Reeb lors de sa prise de parole au cours du concert. Aussi la paroisse a-t-elle prié la manufacture Blumenroeder de procéder à son relevage cet automne. Le coût de cette restauration s’élève à 33 000 €.

Après avoir été pendant 20 ans l’élève de Nicole Braun, Caroline Fischer a poursuivi sa formation auprès de José Geraldo de Lima pendant deux ans. Encouragée par ses amis, soutenus par son désir d’apporter sa contribution au relevage de l’orgue, Caroline Fischer a sauté le pas et a organisé samedi 7 mai son premier concert. « Chanter lors de ce concert a été un engagement pour moi en tant que paroissienne mais aussi en tant que conseillère presbytérale », a souligné l’artiste.

Pour l’occasion, elle s’est entourée de ses amis Pierre et Nadine Huss qui l’accompagnent au piano et à l’orgue ainsi que par leur fils Victor-Emmanuel au violoncelle. Après un petit mot d’accueil du pasteur Manfred Reeb, Pierre Huss a introduit ce moment musical en interprétant à l’orgue la Grande pièce en ut de Louis Marchand. Accompagnée par Nadine à l’orgue et pour les deux premières pièces par Christophe au violoncelle, Caroline a interprété un répertoire résolument classique. Mozart avec Ave Verum, Vivaldi Quia respexit ainsi que César Franck Panis Angelicus ont fort admirablement servi à préparer l’auditoire au merveilleux Ave Maria de Schubert qui n’a pu que toucher et émouvoir tant l’interprète a su y mettre son coeur et son talent.

Après une berceuse de Louis Verne interprétée à nouveau par Pierre Huss à l’orgue, Caroline Fischer a clos cette première partie avec deux pièces, l’une de Haendel, le Largo, l’autre de Bach, Bis du bei mir.

Un beau bouquet final

Le pasteur Manfred Reeb a mis à profit cet intermède pour effectuer un rapide tour d’horizon historique de l’orgue, dresser un état des lieux et évoquer la nécessité urgente de son relevage. Dans la seconde partie de ce récital, c’est non plus du haut de la tribune mais depuis le choeur que Caroline Fischer a également souhaité faire la part belle aux gospels. C’est ainsi qu’après deux oeuvres de Haendel Théodora et Giordani Caro moi ben, elle a interprété trois magnifiques negro-spirituals, Amazing Grace, O freedom et Nobody knows. Un beau bouquet final.

Il ne reste plus qu’à espérer que cette talentueuse chanteuse n’en restera pas là et qu’elle offrira encore souvent d’aussi jolis et généreux moments musicaux.

- Article DNA du 15 mai 2016 -